Rabouinland

...THIS IS THE URAMUNE CONNECTOR...



pasrqu'on est pas la pour enfiler des perles !



KAYA !!! VA ME CHERCHER UNE BIÈRE !!!!


Immersion totale, la carte du Vietnam... je cochonne comme une truie !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Deux références pour la RDR.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pem
productif
productif
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Deux références pour la RDR.   Jeu 1 Sep - 23:15

Ola la communauté Rabouinianne (j'ai bon..?)

Voilà deux site à pas louper pour se renseigner et plus si affinités:

Psychonaut (pour tout apprendre sur nos chères et tendres molécules, aussi nombreuses soit-elles..! Se renseigner, raconter ces (bad)trips etc.)

Et Erowid, LA base de données sur toutes les substances, avec plein d'archive, de docs etc. etc. en Anglais par contre.

Biz'

Revenir en haut Aller en bas
rustine
Rabouin ardent
Rabouin ardent
avatar

Nombre de messages : 1195
Age : 32
Localisation : dans le cul de la marmotte
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   Jeu 1 Sep - 23:38


[LSD] Mort, naissance et reconstruction de la personnalité
by Styloplume » Thu Jul 21, 2011 13:21

Voilà le TR du grand saut! Prenez-vous bien une demi-heure, il y a plus de 11 000 mots!
J'ai édité ce TR sous forme d'un PDF que vous pouvez télécharger ici:
TR LSD Styloplume.pdf
Le PDF du TR
(140.93 KiB) Downloaded 23 times

Quoi! J'ai dépassé la limite de 60 000 caractères? Bon, je vais publier la deuxième moitié dans un deuxième post

Le Délire Complet: Mort, naissance et reconstruction de la personnalité

Récit d'une lourde prise de LSD

Chers collègues psychonautes,

C'est Styloplume qui vous parle. Samedi j'ai pris 5 buvards de LSD d'affilée et...
… je suis toujours là !
Ceci dit, ce n'est plus vraiment le même Styloplume qui vous parle. Samedi a été le jour (et le soir) d'une aventure cosmique, un parcours de l'humain, un voyage non sans heurts dans la psychologie des profondeurs, une odyssée spirituelle, tout ça à la fois.

Samedi fut le moment autour duquel pivotent toute ma vie des dernières années et toute ma vie des années à venir, tout ce gros ensemble que j'appelle Styloplume, toute mon identité. On parle de passé et d'avenir, non de moment présent? C'est la clé de l'illumination le moment présent, pourtant! Oui, eh bien, il faut croire que je suis pas un illuminé, pour être bien honnête, j'en suis bien loin d'ailleurs, là c'est quelque chose de certain.

Samedi fut donc le trip, le bon gros big trip, ce que mon copain Grof appelle l'expérience ultime, l'expérience de mort et de renaissance. L'expérience finale qui est venu remplir toutes mes questions, pour maintenant venir me poser les bonnes, celles qui vont me titiller pendant un bon moment là, encore.

Styloplume est mort, vive Styloplume!
Ce trip vient clore toute une recherche de plus d'une année, une recherche de plein de choses, et avant tout de moi-même. Cette recherche a commencé depuis que, gamin, je lisais des bouquins plutôt que d'aller jouer au foot. Elle a fini, ou plutôt, elle devait nécessairement finir, quand je me suis retrouvé au fond de ma baignoire, à poil, complètement désorienté, Styloplume tout neuf et pas très vaillant. Je vais vous expliquer comment ça s'est passé.

On respire un grand coup... c'est partit.


Commencement : au diable la prudence !

En rentrant chez moi du boulot (levé à 4h30, bossé de 6h à midi), je repense à mes cinq buvards qui traînent dans mon frigo depuis que je suis rentré du Hadra Trance Festival. Ma première expérience au LSD y a été un peu rude, à mon habitude de tester les prods n'importe comment, enfin bon j'ai découvert ce que c'est que le LSD. Là, je me dit que j'en ai marre du boulot que c'est pas trop ma vie, que je veux découvrir autre chose.

Un signe me vient tout droit du ciel: un oiseau tombe des nuages et vient se planter à côté de mes pieds. Il est mort. Ou vivant? Je continue ma route. Je suis prévenu que si je goûte le LSD, un morceau de moi va mourir comme cet oiseau.

Je suis chez moi maintenant, et je repense encore à ces cinq buvards qui me narguent. Ce sont les même que celui que j'ai goûté au Hadra, donc je connaît la qualité et la dose approximative (à peu près 100 µg par trip d'après mon dealer, la perche correspondait assez à ce qu'on décrit pour une telle dose).
Je me suis pas mal menti à moi-même, je me suis dit que j’allai laisser mes amis y goûter, que je leur montrerai le chemin intérieur avec un ou deux trips. Et il en resterai combien pour moi? Allez, soit honnête, Styloplume. Tu as acheté exactement le nombre de trips qui corresponds environ à la dose de saturation du LSD: 400-500µg.

Rapidement la décision se fait comme mes autres décisions se sont toujours faites: sans réfléchir. C'est pour ça que je perds chaque fois aux échecs. Chaque fois que je prenait une décision, je me dépêchait de faire les choses avant qu'il soit possible de faire machine arrière, bien content de pas prendre la responsabilité, alors que mon karma se retrouvait alourdi chaque fois un peu plus, dans un sens ou dans l'autre, inch' Allah.

Alors je gobe trois trips, allez! On prendra les autres si ça se passe bien. Allez, au diable tout ça, au diable toutes ces questions, tous ces doutes, au diable la dépression, le gouffre, le bad trip, au diable le diable! C'est fait c'est fait, je me prends ma perche! Je me fait ma playlist, j’écris un mot sur ma porte: "Ne pas déranger je dors". Tu parles que je dort! Je m'en vais prendre ma grosse perche ultime, je m'en vais bouffer mon trip comme jamais je n'ai bouffé de trips, je vais vivre toute l'expérience ultime, la perche finale mec!

Alors je cite ce que j'ai rédigé à ce moment:
13:50
J'avale mes trois trips une fois chez moi, je réponds à un post sur le fofo, je m'en vais prendre une douche. (passionnant n'est-ce pas?)

14:28
Glitch dit: attention bodyload!
Je relit LSD psychotherapy de Grof pour voir ce qu'il en est des effets physiologiques du LSD... Mes pupilles sont normales...
Mouarf, pas envie de relire ce bouquin maintenant, la première chose qu'il dit c'est: on peut s'attendre à rien comme à n'importe quoi, pas de règles générales. On n'est même pas sûr que le LSD aie une action pharmacologique sur l'organisme, la plupart des réactions physiques étant en fait de nature psychosomatiques, hormis la mydriase, le pouls légèrement accéléré... et encore.
Il y a des névrosés obsessionnels qui ont résisté à des doses de plus de 1000 µg! La seule chose à faire c'était de répéter la séance!
Z'imaginez, 10 trips pour une séance, bonjour la facture si c'est des sunshine comme les miens! (d'ailleurs, la facture était pas mal déjà pour les miens.)

Bref, j'écris et il se passe encore rien.

14:38
J’éteins l'ordi, je récupère mon lecteur mp3 avec ma playlist concoctée pour l'occasion. De la goa old school, Tool, un peu de trip hop, pas mal d'ambient, et quelques perles non classables que j'adore.
Niveau bodyload, je me sens très bien, très détendu. A plus les cocos!


Je me pose alors sur mon lit, et j'attends. Je me démène pour me mettre dans les meilleures conditions pour triper. La couette, le casque, j'ai rien pour les yeux, zut, il m'aurai fallu un cache, comme mettent les voyageurs pour dormir en avion. Je me met à faire tout un cinéma pour un petit morceau de jour qui perce sous le t-shirt que je me suis mit par-dessus les yeux en guise de cache. Pas sérieux tout ça, je me dit. C'est pas comme ça qu'il faut triper, j'en ai l'intime conviction. D'ailleurs, je tripe pas encore, ça monte très très timidement. Je m'ennuie un peu.
16:03
Toujours rien! La plus longue montée de l'histoire mes amis? J'ai rallumé l'ordi tient. Juste après avoir mangé, ceci dit, c'est peut-être pas étonnant. Un tour sur le fofo...
Sur mes oreilles j'ai... Ray of Light de Madonna! Yeah, du pur son je vous dit! Pendant ce temps je baille à m'en décrocher la mâchoire.
Le son m'emporte je vous dit, c'est du bon, de la pure joie de vivre. Et pourtant j'ai regardé il y a cinq minutes, les pupilles sont normales. Et je baille toujours. Ouais, je vais pas dormir je le sens, c'est encore un de ses coup de notre copain le LSD, la dernière fois aussi je pensait dormir, on connaît la suite (ah, il y a un aspect bien marrant à danser devant un mur de son habillé en pyjama )
Ubik m'a posté une réponse sur le fofo mais là ça charge pas. Je tape au clavier sans le moindre problème, aussi vite que d'habitude, heu ceci dit je commence à avoir des ratés, à se demander si je le fait exprés.
Accès au message d'Ubik, qui se fait du souci pour moi. Mon cher, si j'y était allé par paliers j'y aurai passé la nuit! C'est fait, c'est fait!
Ca baille encore, je retourne dormir, ouais ouais...



De belles images

Bon, qu'est-ce qu'un homme fait quand il est tout seul et qu'il s'ennuie? Si vous pensez à ce que je pense, vous avez mis dans le mille! Je sort mon attirail et commence à me masturber sans grande motivation, du gros n'importe quoi pour être honnête, une recherche du plaisir à tout prix, si vous voulez mon avis. Je déconseille l'expérience à vous autres psychonautes, ou alors tant qu'a faire l'expérience sexuelle sous produits, autant la faire bien, à deux c'est mieux je pense, avec du sens et plein de jolie choses.
Là je suis en train de m'affairer difficilement à trouver une image qui plaira à mon petit ego en quête d'images perverses. Je repense à un flim que j'ai vu par bribes dernièrement, un flim japonais intitulé l'Empire des sens. L'histoire d'un couple assez pervers, avec notamment une scène ou la fille se retrouve à se dévoiler à un vieillard lubrique qui s'astique en face de ses beaux attraits.
La scène se transforme, les images changent. Cette femme parfaite s’accouple avec ce vieux décati, elle accueille son membre comme l'archétype même de la femme réceptacle et rédemptrice de toute ma masculinité morbide, elle la transforme, elle en fait quelque chose de bien. Je ne suis plus un vieillard lubrique, je suis moi. La femme n'est plus japonaise, elle devient lentement la vierge marie, la femme de l'apocalypse qui accouche dans la souffrance, l'archétype même de la femme qui fait l'amour et enfante dans un seul et même soupir de souffrance et de jouissance conjugué. C'est la vierge marie qui se déshabille, se montre dans toute sa beauté parfaite et pure, qui se dévoile et qui vient m'accepter, qui me laisse entendre le grand soupir des femmes.
La perche complète je vous dit.

Bon et moi qu'est-ce que j'ai trouvé à écrire à ce moment-là?

16:38
Que de joie, que de joie! Ça monte ça monte, d'ailleurs je vais pas vous raconter ce que je vient de faire juste là, vous savez ce que c'est, hin hin hin.
Les doigts ont de plus en plus de mal avec le clavier, tout va bien, tout monte bien, hahaha...
Il faut absolument le dire aux gars du fofo...
Bon on continue de décrire tatn que les doigts y arrivent, après ça monte et je m'en retourne psychonauter et chercher Dieu au lieu d'être joyeux. Ah putain pourquoi je m'éloigne de plus en plus du clavier?
Là c'est sûr avec le DXM c'est juste pas la bonne substance que j'essayais. Si je me donne du mal je peux me concentrer à tapre encore, mais je me mets à faire des fautez de frappes pas poasiibles si jouv voyes ce que je veud dire.
Hahahahahahah bon il est temps :l) MERDE il esta temps là .... hop dehors sale gosse!


Voilà. La dernière entrée sur le TR live avant... 20:19. Que s'est-il passé pendant ces trois heures et quarante et une minutes? Je vais vous le dire.

Je me pose sur mon lit, complètement insouciant des circonstances maintenant. Je sais que je vais triper. Et effectivement, c'est de la perche de dimension cosmique qui s'annonce. Alors je me pose.

Allons-y par morceau de musique écouté.

Blakroc - What you do to me
Le morceau pose un beat très blues, très mélancolique, très posé aussi. Et tout de suite le chanteur envoie une plainte remplie de ferveur, un vrai chant d'amour, une ode à cette femme magnifique, cette femme qui le sauve. Cette femme est noire, elle est superbe, une Circé, une Vénus noire, mère de tous les peuples. Ses cuisses promettent de se serrer dans une étreinte folle, dans l'effort de vivre, de donner naissance, de mourir. Je me retrouve excité à un point qui dépasse l'énervement sexuel, c'est un flot de vie qui se déverse, en fait je suis tétanisé, mes cuisses se sont cambrées, le bodyload est costaud, mes muscles sont tendus dans l'attente d'une complétion, dans l'attente de la force du chanteur, de sa virilité. Je suis la femme, fondue dans la voix de cette grande sœur qui m'explique comment faire l'amour.

Thomas Newman - April
Je ne me suis pas rendu compte que ce morceau tournait, pris dans d'autre pensées. Et d'un coup je me rends compte que je suis au milieu d'un jardin japonais, une brise souffle, ce sont les violons. L'espace a une dimension triangulaire, avec une belle chose comme un tétraèdre au milieu, qui pulse du vert dans du blanc. Il flotte au-dessus d'une prairie où coule une rivière tranquille, quelques bulles de musique flottent autour, ce sont les flûtes qui passent par là. Le vent souffle, paisible. Je respire comme jamais je n'ai respiré. Toute tension a quitté mes muscles. Un groupe de cordes bruisse, c'est comme un feuillage qui remue d'un coup et se remet droit après avoir été dérangé. Ce simple instant semble durer une éternité, je me dit que le zen doit ressembler à ça.

Que du positif tout ça, l'éclate complète. Je suis effaré comme des musiques différentes peuvent modifier le trip et même les manifestations somatiques. Et j'en veux plus. Je veux plus que la beauté ou que la paix ou le sexe, je veux d’extase ultime. Alors, qu'est-ce qu'on attends?
Il est cinq heures et quelques (je me souvient de ça) et je redroppe avec les deux derniers buvards qui me restent. Au diable les questions! C'est ce que je veux depuis plus d'un an, quasiment deux, et là j'ai les buvards. Je vais chopper mon expérience extrême et j'aurai ma perche complète!


Extase et dissolution du Moi

Voyons, qu'est-ce qui s'est passé après? Je ne saurai pas dire quelle musique j’écoutais, ou combien de temps s'est écoulé. Par contre je peux dire comment je l'ai vécu intérieurement.

J’étais sur mon lit alors. Je me souvient très bien d'un déclic: Styloplume, pas besoin de cache sur les yeux. Regarde, le monde est génial comme il est. Ma bouteille d'eau pulse du vert, les gouttes d'eau sur la vitre de joignent, se déjoignent. La musique pousse, l'euphorie monte, elle monte comme pas possible. Ce sont les deux buvards qui font effet. (D'ailleurs, un sitter m'aurait évité bien de la peine en m'obligeant à rester sur mon lit et les yeux cachés. Enfin, c'est fait c'est fait).

Je danse dans ma chambre avec mon casque sur les oreilles, parfaitement connecté sur le monde, et je commence à mourir.
C'est un procédé graduel. Pour commencer, j'oublie lentement pourquoi j'ai pris de la drogue, j'oublie ma souffrance. Tout n'est que paix, tout n'est qu'un accomplissement sans faille. Toute once de dépression a disparu radicalement de mon vocabulaire mental. C'est quelque chose qui n'est plus imaginable.

Je regarde le monde, ma chambre, mes toilettes, mon balcon, ma fenêtre, dans une euphorie totale. Je commence à me dire: pourquoi s'entêter à trouver des problèmes partout, des religions, des valeurs, un système moral?
Il n'y a plus de valeurs, il n'y a plus de système moral. Je suis devenu un hippie, le drop out complet. Mon grand frère moralisateur ne me fait ni chaud ni froid, je suis un baba cool multicolore, avec ma guitare et mes raybans terribles. Je pense à la génération de mes parents (voire celle d'un peu avant) qui a connu cette période d'engouement pour le LSD et. Je m'imagine vivre à cette époque, dans le gros flou hippie, qui est maintenant un grand tout. L'expression consacrée m'arrive à point nommé: le délire complet!

Je suis devenu un dangereux original qui professe à son prochain : Avec le LSD on part dans un délire complet ! Tu rates ta vie mon bonhomme ! Prends du LSD et vient avec nous ! Part avec nous dans ton délire complet !
Je me fait peur j'avoue. Tout ceci ne me ressemble pas. Normalement je suis très critique envers tout ce délire, les hare Krisna, les hippies, le grand flou, je fait très attention. Pourtant c'est plus fort que moi, je me sens partir dans tourbillon cosmique, je sais depuis le début que je voulait tout vivre à fond, alors je me laisse faire. En avant pour le Délire complet !

Le Délire complet, c'est mon pèlerinage au-delà de toute culture, de toute attache morale, de toute souffrance. Je suis un gourou, je suis une hippie bourrée de LSD, je suis sur le toit d'un combi Volkswagen en route vers Katmandou. Katmandou! On va où? A Katmandou! Le délire complet! Plus de religion, plus de Père, de Fils, de Saint-Esprit, même pas de Krishna ou de Shiva pour compenser, non non, là c'est le délire complet! Je suis Jim Morrisson avec ses lunettes de soleil, prophète du grand Tout et du grand N'importe Quoi, du LSD, de la musique, du monde multicolore, de la joie de vivre et j'en passe. Je suis presque un dieu, ça va venir je le sens. Je sais que je ne suis pas un dieu, pourtant ! Mais l'autoroute du Délire complet semble me le promettre.

Mon visage dans le miroir de la salle de bain n'est pas le mien. C'est le regard débonnaire d'un hippie euphorique et pas mélancolique ni pensif pour un sou. C'est un vrai gamin qui profite de la vie et qui la vit comme un trip, à fond.

Regarde, Styloplume, le monde c'est cool, regarde, on est à Katmandou, c'est ta chambre, on est arrivé, on y est. Tu t'es camé jusqu'à l'os, tu as atteint tout ce que les hippies cherchent, tu y es, t'as vu! Le délire complet!

Quoi, c'est ça alors, c'est tout? C'est Tout ! C'est Dieu! Dieu, t'es là, je sais que t'es là. Tout ça c'est trop beau, c'est trop ouf, c'est le Délire complet, je suis Jim Morrisson, je suis Osho, je suis le dernier des camés à l'héro, je ne suis plus rien qu'une étincelle de Toi. Chaque geste que je fait est un acte religieux, chaque respiration est un chant de vie, chaque pensée est une pensée vers Toi. Je suis entièrement à Toi, je suis un morceau de Toi, un simple humain à Ton service, occupé à la joie, occupé seulement à chanter le monde et chaque instant. Yavhé ! Je n'ai plus de raison de vivre sur Terre, tout ce qui me reste à vivre c'est la mort pour être parfaitement mélangé avec Toi ! Mourir !

Je me met en fœtus sur mon tapis et l'appelle de mes vœux: mourir, tout ce qu'il reste c'est mourir. Je veux quitter ce monde pour accéder au stade de conscience supérieur, au ciel. Je n'ai plus de raison d'être sur Terre, j'enlève mon casque, plus de musique, je n'ai plus de raison d'avoir la joie de vivre. J'en chiale, Dieu, c'est magnifique, c'est superbe, je vis, je meurs, tout se trouble, je suis heureux de mourir maintenant, je veux mourir maintenant !

Et, sans la moindre transition, je meurt d'un coup sans m'en rendre compte.


Le vide, ou absence d'ego

Les murs de mon appartement.
Je n'ai pas de nom. Je ne sais pas qui je suis, je ne sais pas où je suis, mon appartement est un univers complètement étranger. Je ne sais pas ce que je fait, ni pourquoi je le ferai.

J'ai tout oublié. Que j'ai pris de la drogue, que j'ai rejeté toutes mes valeurs... J'ai oublié mon identité, j'ai oublié aussi que je vient de vivre l'extase. La seule chose que j'ai en tête c'est ce gros vide de valeurs qui porte le nom « Délire complet ».

Délire complet! C'est ça alors. C'est quoi au juste? J'en sais trop rien. Je n'ai pas de musique sur les oreilles, je n'ai pas de système moral, je n'ai pas de famille, je suis réduit à ma dimension la plus élémentaire. Je suis un grand corps tripé.

Le grand corps tripé erre sans but dans les rues de Katmandou.
Tout ceci est de plus en plus déstabilisant. Tout ceci est extrêmement déstabilisant.
Délire complet! Qu'est-ce que le délire complet? Qu'est-ce que la drogue? Qu'est-ce que le but de l'existence ? J'ignore tout. Je suis à fond dans le délire complet sans rien en comprendre.

Le phénomène qui se produit là est très douloureux, je dirais. J'ai souffert énormément, pendant ces plusieurs minutes, voire dizaines de minutes, à essayer de penser sans mon Moi, qui était parti, qui n'était pas là. C'est un vrai cauchemar qui s'étend sans jamais devoir finir. Je me demande si je doit y rester pour l'éternité. L'instant présent ressemble vraiment à l'éternité.

Katmandou, à quoi bon ? Les lunettes de soleil, à quoi bon ? A quoi bon vivre ? Je n'ai aucune raison de vivre, je suis fatigué de vivre, fatigué de marcher sans but, dans ce délire qui m'est maintenant complètement étranger.
Je pense de nouveau à mon prochain auprès de qui je professais le Délire complet. Toi ça te plaît le toujours le Délire complet? T'y trouve ton compte? Et qui es-tu ? Qu'est-ce que le LSD, que la vie normale ? Qu'est-ce que le quotidien sans LSD ?
Je suis triste. Je n'ai pas de joie, pas d'instinct, pas d'existence, je suis bloqué dans l'instant présent comme on est prisonnier d'un cauchemar dont on ne peut se réveiller. Je suis seul, seul dans un monde qui n'existe qu'à peine pour moi. Mes pensées tournent en rond, car elle n'ont pas d'existence à laquelle s'accrocher. Je me rends lentement compte que je souffre.


Naissance difficile

Des mots "délire complet", je passe à "drogue". Drogue, voilà un mot qui sonne connu. Je me rends compte que j'ai pris cinq buvards de LSD. La souffrance en moi devient :
J'en ai marre de tout ça, j'en ai marre du Délire Complet, je veux redescendre, je ne veux plus de drogue. Je ne veux plus de la drogue!
Bon, on va essayer de faire retomber la drogue.
C'est le tout début de ma naissance, la toute première pensée ordonnée, le tout premier dialogue avec moi-même, la première réaction construite face à mes propres affects.

Alors, j'ai chaud, j'ai froid, j'en sais rien. On fait le point. J'ai un objectif en tête et un seul: faire retomber la drogue. Je me fait couler de l'eau dessus, je suis à poil au fond de la baignoire. J'en chie à mort, là je suis au plus profond de la misère je pense, parce qu’une part des mes valeurs est revenue, et avec elle la honte d'être nu, en proie à la détresse du manque de dignité. Et en même temps, l'espoir est né. L'espoir d'en sortir.
L'eau est trop chaude, l'eau est trop froide. Je finit par la régler sur tiède et par me mouiller assez pour me donner la sensation d'exister avec mon corps. Cette sensation déclenche une série d'automatismes: je sors de la baignoire et je me sèche en grelottant, mais plein de vie. Mon visage transi dans le miroir est celui d'un gamin mouillé qui se fait sécher par ses parents après un bain.
Ce moment est clé. Mon visage dans le miroir m'appartient. J'existe à nouveau, de nouveau je suis Styloplume, j'ai un nom. Je suis parfaitement perdu, énormément désorienté, et malgré tout l'espoir est né, une raison de vivre : prendre soin de cet enfant qui vient de naître, que je vient de plonger dans l'eau, à qui je vient de donner de la valeur, que je suis en train de faire naître. Sans m'en rendre compte encore je vient d'opérer mon propre baptême.

C'est un début. Juste un début. Pour faire retomber le LSD, on va écouter de la musique calme, ça va nous faire descendre. Il me faut mon casque.

Je suis toujours dans l'ignorance totale de mes valeurs et de ma manière ordinaire de penser, d'ordonner des priorités. Je ne sais toujours pas à quoi ça sert de vivre, si ça a du sens, tout ce que je sais c'est que je veux faire tomber la drogue, et j'ai déjà la conviction que je comprendrai quelque chose à ce moment.
La suite ressemble de plus en plus à un cauchemar dont je me réveille progressivement. Mon casque, où est mon casque?
Mon appartement n'est pas rangé. Si je veux trouver mon casque, il me faut ranger tout d'abord. Je sens cette valeur revenir : « Pour trouver, il faut ranger ». Une valeur en plus ! Pas vraiment ma préférée ni ma plus forte, mais c'est une valeur qui m'appartient et je m'y accroche désespérément, j'y trouve du sens. Je range ma chemise au sale, je fait mon lit, et je suis intimement convaincu de faire quelque chose de nécessaire, et je me sens assez coupable, je me sens observé et jugé. Regarde, je suis un brave garçon, je range ma chambre, je suis désolé de pas savoir comment faire autrement, de pas l'avoir fait plus tôt.
Mon casque n'est pas sur mon lit. Ah, il est sur le bureau à côté de l'ordi. Je veux mettre la musique qu'il faut, donc refaire la playlist de mon lecteur mp3. J'allume le PC.

Et c'est là ou je retouche au TR, c'est là qu'il est enfin 20:19, voyez un peu dans la cervelle d'un type pas complètement sorti de sa dissolution de l’ego. (J'ai corrigé de nombreuses fautes de frappe pour la lisibilité.)

20:19
Je suis vivant, enfin j'essaye de faire surface à coup de Haroldd Budd...
Je suis plus rien du tout de tout à quoi ça sert de vivre?
j'ai demandé plusieurs fois aujourd'hui de mourir déjà.

20:26
Je me rends compte que je suis défoncé à bloc les gars, pffiiiii ça commençait, ouah, super, et puis en fait, génial, énormes!
Et puis en fait,

20:28
J'ai du mal à descendre et je tente de me mettre de la musique bien et je sais plus pourquoi.

Je voulais vous revoir mais,
pourquoi?

ALASH!??????????????

ELI ELI LAMA ASAVTANIIIIII"


La dernière remarque, "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné?" en hébreu, je me la reproche personnellement. C'est la réplique de Jésus sur la croix avant de mourir, pas au moment de renaître. C'est très con de ma part (bon, en même temps, vu les circonstances...). La suite est plus sensée.

pardonne-moi, pardonne-moi pardonne-moi.

Styloplume souvient-toi, c'est ton système de valeurs que tu étais content de foutre aux oubliettes quand ça t’arrangeait

20:30
Le système de valeurs est de retours mais est-il vraiment là

20:30
IL FAUT DE LA MUSIQUE SINON JE crève direct ouais là j'ai trop d'éclairage

20:33 je sais pas comment gérer plus, laisse-toi

FAIRE

Système de valeurs de retour.

[po]tentialiser le LSD par la musique

quelle musique et quelles valeurs rha en plus je vient de mourir j'ai su sang sur les touches

OH!
Une majuscule et un point.
De maintenant!

Ça c'est moi en train d'essayer de rassembler mes pensées et mon système de valeurs. Là il a encore beaucoup de mal Styloplume, oui, beaucoup de mal. J'en chie encore beaucoup, j'arrive pas à retrouver la musique, à changer la playlist, à organiser mes pensées.
Lentement pourtant je retrouve mon bon sens commun : j'arrive à trier mes priorités, mais c'est encore très timide. J'arrive tout au plus à ordonner mes pensées, à me demander comment redescendre. La musique sur les oreilles, je ne parvient pas à me calmer, mais je suis capable de changer de tactique. Je décide de réfléchir à ce qui s'est passé.
Styloplume il s'est passé quoi là, on a fait quoi? Ben, pour 5 buvards on a pris cher quand même, et je comprends pas, j'ai reconnu des matrices périnatales dans les belles images, la un c'est le zen, pas de deux, la trois j'ai été servi avec la vierge marie et Blakroc... Par contre c'était quoi ce délire complet?
Et là je repense d'un coup à ce que Grof appelle les phénomènes de mort et de renaissance. Aaaahhhhh d'accord.......
PAF
Et je comprends d'un coup: je suis mort et ressuscité! Je suis passé de l'autre côté et je suis revenu! D'accord.... Alors d'un coup toutes les hallus bloquées depuis la mort de l’ego, tout ça est débloqué d'un coup, et d'un coup mon écran se met à flasher à bloc, et la musique que j'ai sur les oreilles se met à pulser comme pas possible, signe que le complexe est assimilé.
Je note sur un papier, en allemand : WIEDERGEBURT IMMER WIEDER. La renaissance toujours renouvelée. Car je comprends d'un coup, pour l'avoir vécu, le sens de la résurrection : mourir c'est renaître. Un part de l'ego meurt, et une part du Soi, de son centre spirituel, apparaît. L'exemple du Christ montre comment ce processus d'une grande finalité transforme l'humain en divin. Le bon sens spirituel veux que ce processus soit permanent. Chaque jour il est possible de reconnaître et de laisser mourir une part de mal en nous, et de laisser naître un morceau de Dieu.
De même, d'un coup la réincarnation m'apparaît comme la plus grande des évidences. Vu comme il est difficile de progresser à chaque mort-renaissance, il nous faut répéter l'exercice plusieurs fois dans une vie, donc avec plusieurs vies.
Et l'évidence s'installe : ce que je vient de vivre il me faudra le revivre encore et encore, et à chaque fois mourir sera à chaque fois me rapprocher de ma nature divine. La tâche me semble immense, c'est toute ma personne qu'il me faut reconstruire déjà, je ne sais pas si je vais y arriver.
Comme c'est difficile de naître !


Épique retour sur Terre

Après ce déclic, je suis partagé entre un soulagement joyeux bien trippé d'un côté, et la nécessité de la reconstruction de ma personnalité de l'autre côté. Je vous laisse savourer, c'est du lourd. (j'ai pas corrigé les fautes de frappes qui veulent rien dire)

20:40
Baammmm!!! Je cherche mes lun TA GEUOZEKJ

Bordel elle sont où ces lunettes?

Impossible de me souvenir. Tient!

Pourtant j'ai tout compris d'un coup, et je vais vous dire:
Et mes lunettes merdes
Tendez

J'ai tout retrouvé des léires, j'ai remit terre et d'un coup quoi.??
Bon mes lunettes, je sais plus, je met du temps a retomber et puis les lettres du clavier merdes c'est dur il faut les mettre en l'ordre.
DE LORDRO FAUTE ORDRE TA GUEULE OUI
de la musique, laisse tomber les explications, t'es pas retombé

et puis les lunettes bonhomme TU CALME TU CALME

plus d'ordre dans les priorités. Tout le monde extérieur est devenu cool, très cool, et puis

l'important c'est de vous dire.

J'ai compris. (bordel mes lunettes)
BON CETTTE MUSIQUE

ATTEND attend, je veux expliquer
je suis passé quelle, quoi, non, aucune matrice

Par contre la mort, ouais, la MORT, complètement, au début je me demandais si je voulais vivre encore

J'ai compris d'un coup et , tient, oui, c'était la seule chose que je voulais vivre au LSD et c'était la mort. Je l'ai eu. Merci merci!

20:49
Nette amélioration. juste au moment où le déclic s'est fait.

20:50 allez pour être honnête
J’émerge ça va mieux j'ai tout compris, acceptation de la mort, pas de malaise à avoir, juste, les valeurs et tout?
Mais non mon pote! (Maintenant t'es toujours complètement tripé, il est enfin l'heure que tu voulais écrire il y a une minute pour pas montrer que les tripés pensent si vite?)

C'est booooon bordel je fait surface je dit j'ai compris.
Grof et tout le bordel, ouais, l'expérience de la mort et tout, ouais ouais, et je me demandais si ça marcherait pas, ahahahahahaahahahahah

Le type il se demandait si 500 µg ça suffirait pas?

J'ai compris les gars J'AI COMPRIS! Je suis retombé, il est 20:53, là je profite le reste de ma vie c'est peinard maintenant....

Je me case, la musique, la paix, il est 20:54 la musique AVANT TES LUNETTES AVANT LE RESTE ET .... GENIAL GENIAL!!!!! je vous laisse faut que je descende en mode safe, gourou et ainsi de suite.

20:57 Je voulais laver mon visage qui venait de vomir, bon, pour être honnête, on va pas tout vous dire je suis encore tripé

Enfin, neuf heures presque, rouh les marmotte, ça tripe ça tripe z'en fait plus pour moi! Bon et ces lunettes... RHAA LE DELIRE COMPLET ALLEZ ON Y RESTE ON PROFITE faites-moi plaize, allez, allez, le plus long possible
maintenant que c'est trop bon, et la musique va se remettre a dégouliner, mais j'ai tout compris.

21:12, je me pose bien là, de la zique costaud dans les oreilles je profite là il faut après je raconte.

21:14 Teardrop Massive Attack, yeahhh......

21:17 je revient de loin! j'ai perdu du texte, mais l'ai gardé l'intact dans ma tête les gars z'en faites pas!

21:17 (oui j'assume) tu voulais éteindre pour profiter dis donc! Bon, vas-y mon loulou....

Rha la musique les poils, laisse laisse, rha le pied complet!!!!!! la musique qui va suivre va faire partie de mon hit-parade perso des 600 années à venir, heu, je sais pas,

par quoi je commence rha même mon vomi il est cosmique dans l'évier là ça va déchirer cette défonce de 200000 WATTS est pour toute la vie oufffffff....

Et j'ai les lunettes tient, vient plus me faire chier. Rhaa le délire complet les mecs......allez pas chercher plus loin, là j'ai touché au max du max, y'a plus urgent.

21:27 Altas air de Massive Attack, rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaa J

Bon il faut que je profite avant, ho et puis Stylo veut causer, alors pourquoi pas?

PARCEQUE CA PERCHE! bon, RDR et tout. Bon niveau RDR ça passe? J'ai mal au bide les gars.

21:42 j'ai failli retomber trop sévère, là, c'est de la zique qui change tout.

21:45 D'ailleurs, il aurait suffit d'un sitter exactement au moment ou j'ai enlevé mon casque il y a plus longtemps,

21:49 j'ai encore manqué de retomber, là encore pour la zique. bon allez je me remet une bonne playlist pour le mp3 et j'éteins l'ordi, sinon on s'en sort plus.

21:55 rhaaa le vide de musique est intenable, je m'en sort pour l'exploit psychonautique

22:00 l'exercice n'est pas si amusant. Je vais faire confiance à Tool pour me montrer la suite.

22:22 Rhaa gros coup de vrai malaise sans dèc', là j'en chie niveau existentiel terrestre, là. Rien de mauvais ni rien, juste un goût de ma prudence à venir.
Je me cale du Astral Projection pour redescendre.

22:25 Mouais, je m'en vais me prendre du spice extends life sous ma couette plutôt

23:05 Plus je redescends sur terre et plus je me rends compte que je suis tripé. Je vais prendre l'air.

23:13 Voilà une décision prise par Stylo-adulte: Ce soir tu sors pas tu nettoies l'évier. Tu veux bien, s'il te plaît? Oui, d'accord.

Styloplume
Psychonaut

Posts: 427
Joined: Sat Mar 13, 2010 1:39
Top
Revenir en haut Aller en bas
http://snd.sc/o4tj5i
last eko
radioactif
radioactif
avatar

Nombre de messages : 683
Age : 38
Date d'inscription : 30/11/2007

MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   Ven 2 Sep - 11:09

pfiou ! il a pris cher le gars ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/lavoixdelaposohm
Maxx
néophyte
néophyte
avatar

Nombre de messages : 9
Age : 40
Localisation : Nantes / Niort
Date d'inscription : 26/11/2012

MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   Mer 28 Nov - 13:24

WAAOOOOOUUUU !!!!
J'avais tenté un trip du genre il y a très looonnnngtemps mais j'ai jamais pu rester fixé sur l'objectif ... chapeau bas le mec !
Revenir en haut Aller en bas
42-ahorim-42
radioactif
radioactif
avatar

Nombre de messages : 458
Age : 29
Localisation : bressuire(79) / fontenay le comte (85)
Date d'inscription : 02/07/2008

MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   Mer 28 Nov - 14:47

Maxx a écrit:
WAAOOOOOUUUU !!!!
J'avais tenté un trip du genre il y a très looonnnngtemps mais j'ai jamais pu rester fixé sur l'objectif ... chapeau bas le mec !

ouais moi aussi dje tenter plusieurs fois avec des champotes ou dla goutte mais pas avec des doses pareils...(et puis des la deuxieme fois heureusement qu'il avait pas peur lui, il a faillit se coller les synapses!) et avec le lsd super difficile de se concentrer sur des questions présise sans partir dans un délire par contre les champia parfait pour avancer sur soit (c'est mon avis) et pour faire du son bah l'inverse trop dur la motricité sous champia!
Revenir en haut Aller en bas
a-rico
radioactif
radioactif
avatar

Nombre de messages : 172
Age : 27
Localisation : ici et ailleurs
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   Mer 28 Nov - 20:49

Citation :
chapeau bas le mec !
Mouais... prendre 5 trips et se persuader de savoir ou on va aller avant, et avec comme seule communication internet je trouve ça tres bof... surtout que finalement son trip n'a rien d'exceptionnel à lire son récit.
et puis prendre 5 trips et "s'en vanter" sur internet, a la vue de tous (y compris certains inexpérimentés et influençables) je trouve pas ça génial c'est meme inconscient
Revenir en haut Aller en bas
c#arl!€
Rabouin ardent
Rabouin ardent
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 34
Localisation : france
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   Sam 1 Déc - 18:36

styloplume alias piou-piou??????????????????
Revenir en haut Aller en bas
Maxx
néophyte
néophyte
avatar

Nombre de messages : 9
Age : 40
Localisation : Nantes / Niort
Date d'inscription : 26/11/2012

MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   Lun 3 Déc - 10:19

a-rico a écrit:
Citation :
chapeau bas le mec !
Mouais... prendre 5 trips et se persuader de savoir ou on va aller avant, et avec comme seule communication internet je trouve ça tres bof... surtout que finalement son trip n'a rien d'exceptionnel à lire son récit.
et puis prendre 5 trips et "s'en vanter" sur internet, a la vue de tous (y compris certains inexpérimentés et influençables) je trouve pas ça génial c'est meme inconscient

Oui, à y bien réfléchir, et vu sous cet angle là, tu as tout à fait raison finalement.
Revenir en haut Aller en bas
42-ahorim-42
radioactif
radioactif
avatar

Nombre de messages : 458
Age : 29
Localisation : bressuire(79) / fontenay le comte (85)
Date d'inscription : 02/07/2008

MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   Lun 3 Déc - 14:31

a-rico a écrit:
Citation :
chapeau bas le mec !
Mouais... prendre 5 trips et se persuader de savoir ou on va aller avant, et avec comme seule communication internet je trouve ça tres bof... surtout que finalement son trip n'a rien d'exceptionnel à lire son récit.
et puis prendre 5 trips et "s'en vanter" sur internet, a la vue de tous (y compris certains inexpérimentés et influençables) je trouve pas ça génial c'est meme inconscient

débile en effet mais je crois que c'est mieux pour lui qu'il n'en est pas eu conscience psk la peur ne l'aurais pas aidé...
Revenir en haut Aller en bas
Manu l'rabouin
Admins
Admins
avatar

Nombre de messages : 5746
Age : 36
Localisation : Melle/Paname...
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   Jeu 6 Déc - 12:07

c#arl!€ a écrit:
styloplume alias piou-piou??????????????????

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux références pour la RDR.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux références pour la RDR.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blue Suede Shoes
» Je cherche une adresse sympa pour deux nuits à Paris
» La Suite pour deux pianos n° 1 & 2 ( Rachmaninov )
» Oeuvre(s) pour piano et deux clarinettes ?
» Comment faire pour écouter des oeuvres très longues ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rabouinland :: La Tekno-activité :: Prévention et réduction des risques-
Sauter vers: